VIGNETTE TITRE AUTEUR RESUME
image du livre Dix sept ans

Roman 2018

FOTTORINO Eric Dix sept ans
FOTTORINO Éric
Roman 2018

Un dimanche de décembre, une femme livre à ses trois fils le secret qui l'étouffe. En révélant une souffrance insoupçonnée, cette mère niée par les siens depuis l'adolescence se révèle dans toute son humanité et son obstination à vivre libre...

image du livre Baisers de cinéma

Roman 2007

FOTTORINO Eric

Baisers de cinéma


Eric Fottorino
Roman 2007

"Je ne sais rien de mes origines. Je suis né à Paris de mère inconnue et mon père photographiait les héroïnes. Peu avant sa mort, il me confia que je devais mon existence à un baiser de cinéma."Photographe de plateau, le père de Gilles Hector a le don de pressentir chez les comédiens leurs moments d'abandon. Il sait saisir sur leurs visages une défaillance, une colère muette, la trace infime d'un incident de tournage. Après sa mort, Gilles hérite de sa sensibilité à la lumière, mais aussi de questions sans réponse. C'est alors qu'il retrouve Mayliss, croisée le jour de la mort de son père deux ans auparavant. Petit à petit, leur relation prend forme et Gilles vit à l'envers de sa vie...

image du livre L'homme qui m'aimait tout bas

Roman 2009

FOTTORINO Eric

L'homme qui m'aimait tout bas


Eric Fottorino
Roman 2009

En exergue de ce récit autobiographique, cette phrase de Montherlant : " Ce sont les mots qu'ils n'ont pas dits qui font les morts si lourds dans leur cercueil. " Car ce livre est le dialogue qui n'a pas eu lieu entre un père, Michel Fottorino, et un fils, Eric - ou plutôt qui a eu lieu, mais sans passer par les mots. Michel Fottorino, apparu dans la vie d'Eric quand il avait neuf ans, n'était pas son père biologique. Il fut mieux que cela : un père adoptif, qui donnera jusqu'à son nom à ce petit garçon en quête d'identité comme l'était alors l'auteur, en même temps qu'un père adopté par l'enfant. Entre cet homme pudique, renfermé, mais joyeux, et le gamin, la complicité, immédiate, s'exprimera surtout par les gestes, les activités partagées, comme la passion commune et communicative, du cyclisme. Au-delà d'un hommage à ce père volontairement disparu en 2008, L'homme qui m'aimait tout bas est aussi une réflexion sur la filiation et sur la culpabilité personnelle " Qu'est-ce que j'aurais dû, ou pu, dire et faire pour empêcher son suicide ? ". Et surtout c'est un chant de vie à travers le portrait d'un homme courageux, décidé, volontaire. Un homme libre, tout simplement.

image du livre Un territoire fragile

Roman 2000

FOTTORINO Eric

Un territoire fragile


Eric Fottorino
Roman 2000

" Je n'ai pas hésité un instant lorsque j'ai lu l'annonce dans le Journal des hémisphères : "Institut océanographique de Norvège recherche biologiste débutante d'expression française." J'ai envoyé aussitôt ma candidature et, sans attendre la réponse, j'au pris le vol pour Bergen. Le lendemain, je m'éveillai dans un brouillard gris bleu que transperçait le cri des mouettes. Le grondement d'une corne de brume répandait à l'infini sa musique désolée de violoncelle. Le directeur de l'Institut m'accueillit avec une grande courtoisie et un français très convenable. Il n'avait pas reçu mon courrier, évidemment, mais devant ma douce insistance, et puisque, enfin, J'étais là, avec ma valise de cuir souple, mon pull de grosse laine, mon cache-col et mes bottines, il accepta de me prendre à l'essai. Pour la première fois de ma vie quelque chose avait été facile et simple, obtenu sans éclat. "

image du livre Korsakov

Roman 2004

FOTTORINO Eric

Korsakov


Eric Fottorino
Roman 2004

« Moi, François Signorelli, docteur à Palerme, je me souviens de tout. Du vrai et du faux. De plus de gens et d'histoires que je n'en ai connu. Mille ans d'incertitude, tel est mon âge : ma mémoire prolifère et s'invente à mesure qu'elle se détruit, c'est un trouble neurologique désigné comme le syndrome de Korsakov. Je le sais, j'en suis un des spécialistes. Korsakov est mon mal intime, je le tutoie. Il me ronge et me délivre en même temps. D'abord, d'un passé noir comme l'abandon. D'une enfance triste à Bordeaux dans les années soixante, de l'absence d'un père de sang. De la folie de toute une famille où ma mère n'a pu tenir debout que par l'amour de Marcel Signorelli. Lui nous a donné son nom, celui de son propre père, Fosco, le cavalier magnifique du désert tunisien, dont les récits m'ont fait voler dans la lumière. Un coup de soleil pour la vie, que souhaiter de mieux quand celle-ci se dérobe ? Me voici enfant et ancêtre, par la grâce de Korsakov. »

image du livre Le dos crawlé

Roman 2011

FOTTORINO Eric Le dos crawlé
Éric FOTTORINO
Roman 2011

Été 1976 sur l'Atlantique. Deux enfants rêvent de pays lointains. Marin a treize ans et Lisa dix. Marin raconte le sable qui brûle et autre chose qu'il ne saurait dire quand il regarde Lisa et la mère de Lisa, une ancienne Miss Pontaillac. Heureusement oncle Abel est là qui veille en douce et monsieur Archibouleau avec ses gros muscles...